"Prevention is so much better than healing because it saves the labour of being sick." Thomas Adams, 1618"Prevention is so much better than healing because it saves the labour of being sick."
Thomas Adams, 1618

Tanning booths and melanoma in France

Tanning booths and melanoma in France

March 30, 2015

On 12-13 March 2015, Professor Mathieu Boniol, Vice-President of Biostatistics at iPRI, participated in the 17th National Days of Photodermatologie organised by the French Society of Dermatology.
Professor Boniol presented a terrifying balance: each year 203 melanoma cases are attributed to the use of tanning booths in France.

Below is the article published on 25 March 2015 on Ladepeche.com (written in French) after the presentation Professor Mathieu Boniol gave at the meeting.

 

Cabines de bronzage et mélanome : l’effroyable bilan français

Chaque année en France, 203 cas de mélanome seraient attribuables aux seules cabines de bronzage. Et 46 personnes en mourraient… Un bilan effrayant, décrit par le biostatisticien et épidémiologiste Mathieu Boniol, (University of Strathclyde/Ecosse), lors des récentes Journées de photodermatologie à Angers (Maine-et-Loire).

Augmentation de la fréquentation. Egalement vice-président de l’International Prevention Research Institute (iPRI) à Lyon, le Pr Boniol, a rappelé que « les cabines de bronzage étaient peu répandues avant 1980 en Europe. Elles sont devenues populaires dans les années 90 notamment dans le nord du continent, où 70% des femmes et 50% des hommes de 18 à 50 ans ont déjà été exposés ». Tout aussi inquiétant : 12% des 13-19 ans sont des utilisateurs réguliers aux Etats-Unis. En France, l’accès est interdit aux mineurs. Mais 3,5% des moins de 18 ans, déclarent y avoir eu recours au moins une fois.

Rappelons, qu’il existe trois types de rayonnements ultraviolets (UV), classés en fonction de leur longueur d’onde :

  • les UVA (95 % des UV qui atteignent la surface de la terre) pénètrent dans les couches profondes de la peau. Et favorisent le développement de cancers cutanés ;
  • les UVB : de longueur d’onde moyenne, ils ont une activité biologique importante, mais ne pénètrent pas au-delà des couches superficielles de la peau ;
  • les UVC : De courte longueur d’onde, ils sont très nocifs. Mais ils sont filtrés par l’atmosphère si bien qu’ils n’atteignent pas la surface de la terre.

Peaux sensibles. Les salons de bronzage émettent principalement des UVA. « La dose annuelle en UVA des utilisateurs réguliers de ces appareils varie entre 1,2 à 4,7 fois ce qu’ils reçoivent par le soleil », poursuit le scientifique. Et contrairement à ce que l’on peut penser, le risque de mélanome lié aux cabines de bronzage n’est pas limité aux populations à peaux sensibles. Le Pr Boniol cite d’ailleurs une étude cas-témoin publiée en 2014 (Vogel et al) selon laquelle, « le risque est encore plus important pour ceux n’ayant pas eu de coup de soleil au cours de leur vie ».

Vers une interdiction ? En France, l’ANSES déconseille « fortement » de s’exposer aux UV artificiels et recommande « la cessation, à terme, de tout usage commercial du bronzage par UV artificiels ». Plusieurs organisations (Académie de médecine, Sécurité solaire…) se sont prononcées pour une interdiction totale des cabines de bronzage, comme c’est déjà le cas au Brésil et en Australie.

 

Latest News

Latest Posts

Quick Contact

Please enter your name.
Please enter a message.
Positive SSL